17 juin 1985: Des « excités du football » contre-attaquent

Il est environ 15h quand trois individus rendent une petite visite de courtoisie à l’Union Syndicale des Journalistes de Sport en France (USJSF) dans leurs locaux du 35 rue Bergère, dans le 9e arrondissement de Paris. Ils y déversent ammoniac, peinture et excréments un peu partout. Seul Jacques Marchand, un des responsables du syndicat, est présent pour les recevoir. Une clé de bras plus tard, celui-ci assiste impuissant à cette action symbolique. Mais ce petit bazar n’est pas gratuit, il s’agit d’une action de solidarité avec les hooligans anglais qui sont victimes de mesures répressives suite au drame du Stade du Heysel, et victimes aussi d’une violente campagne de presse internationale. S’en allant de leur petite action de représaille, les joyeux drilles laissent un tract signé « Os Cangaceiros », où ils affirment leur solidarité conclue par un «Vive les excités du football !» détonnant. On vous fait partager le bref article de L’équipe paru le lendemain. Vous apprécierez le ton, d’une corporation quelque peu vexée mais qui essaye de rester fair-play. Ne faut-il pas y voir un aspect de ce fameux « esprit du sinistre Coubertin » que la presse sportive a coutume de nous vendre à bas prix? En tous cas, sans rancune! Aucun de ces trois cangaceiros parisiens ne fut interpellé.

excitesdufootdécoupé

oscanga réédition2010Les joyeux loulous autonomes. Os Cangaceiros est un groupe politique actif dans les années 80 (dans la continuité d’un autre groupe appelé « Les Fossoyeurs du vieux monde »), rattaché au courant autonome, et qui se présente volontiers comme une association de délinquants ou de rebelles sociaux. Ils n’ont pas pris le nom de « Cangaceiros » par hasard, puisqu’il s’agit d’une référence au banditisme social actif dans le nordeste brésilien jusqu’au début du 20e siècle. Parmi d’autres activités propagandistes, le groupe édita une revue qui connut trois numéros entre 1985 et 1987. En 2010, une réédition compilant ces trois revues paraît en bouquin disponible en format pdf. C’est de là que nous avons extrait l’article relatant l’action de solidarité menée dans les locaux du syndicat des journalistes sportifs.

Dans son article, L’équipe mentionne un tract laissé sur place pour expliquer l’action. Le journal précise qu’il n’a pas de portée revendicative, juste la solidarité et l’empathie avec les hooligans anglais, nouvelle cible de Margaret Thatcher. Le tract déposé rue Bergères porte cette verve provocatrice et faisant l’apologie de la violence, propre aux groupes autonomes des années 80, notamment issue de l’autonomie « désirante », qu’ont dira pour faire très vite, influencés par le post-situationnisme. Le tract est à replacer dans ce contexte bien précis au cas où quelque-un envisageait d’en faire une critique.excitesdufootArticle1

Du drame du Heysel et ses suites. Nous sommes un peu moins d’un mois après le « drame du Stade du Heysel » à Bruxelles, où 39 personnes moururent et près de 500 furent blessées suite à un violent mouvement de foule provoqué par une charge de hooligans anglais, quelques heures avant le début de la finale de la Coupe d’Europe entre Liverpool et la Juventus de Turin. La plupart des victimes sont des supporters italiens qui sont morts écrasés suite à l’effondrement d’un muret dans la tribune Z. La diffusion des images fait encore aujourd’hui froid dans le dos. S’en suit une condamnation médiatique unanime, de Thatcher à l’UEFA qui exclut pour 5 ans les clubs anglais de toutes compétitions continentales. Cette «hystérie collective» selon les mots du tract des « excités du football » sera le déclencheur d’une série de mesures sécuritaires, dans un contexte où la politique de Thatcher est une guerre quotidienne aux prolétaires. L’article des Cangaceiros ne manque pas de faire ce lien entre émeutiers: qu’ils soient des jeunes prolétaires des métroples urbaines, des mineurs du Yorkshire ou des hools de Liverpool, une même politique d’écrasement et de mise au pas leur est appliquée par Thatcher.

Orange mécanique. Cette lecture des Cangaceiros restitue parfaitement comment la baston est un élément central du hooligan life style. Elle fait partie du défouloir, de l’amusement des prolos une fois le samedi venu. Il s’agit d’une transgression au coeur de l’industrie du loisir dans lequel rentre le match de foot auquel le pouvoir attend qu’on assiste sagement. Un moment entre copains de confrontation avec les bobbys, et le plus souvent avec les supporters adverses. Au nom parfois d’une rivalité de quartier, ou d’un vieux contentieux. Mais sinon c’est la baston pour la baston, ça fait partie du truc, pas besoin d’apporter de justification ou de théorie. Un moment de désordre, une résurgence des parties de soule, sans balle par contre, que les pouvoirs médiévaux n’eurent de cesse de vouloir interdire sans y parvenir. Cette « bonne baston entre supporters », à laquelle fait référence le texte de la revue des Cangaceiros, c’est un peu tout ça en même temps. Bémol toutefois. Elle ne reste cette bonne baston entre supporter qu’à partir du moment où on parvient à éviter que des gens n’en crève et d’autres finissent en taule. Même si c’est vrai que « des gens meurent tous les jours sur les routes », ça ne vaut pas plus le coup de mourir dans un stade. Et ça les supporters de Liverpool le savent mieux que quiconque, eux qui ont encore gravé dans leur chair, la mort de 96 d’entre eux, lors de la tragédie d’Hillsborough en 1989, pour laquelle la police vient tout juste en 2016 d’être reconnue coupable de sérieuses négligences.

Quant à l’action de solidarité menée dans les locaux de l’USJSF, mesurons qu’un happening sympathique de ce type prendrait aujourd’hui une tournure médiatique beaucoup moins clémente.

excitesdufootarticle2excitesdufootarticle3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s