Howard Gayle: Made in Toxteth (Partie 2 – « Un grand nombre n’en pouvait plus de l’Etat policier et du thatcherisme »)

Liverpool, ses déshérités en tous genres, ses prolétaires et son club phare le Liverpool F.C. Voici le décor de la vie d’Howard Gayle, né à Toxteth et qui grandit à Norris Green. Premier joueur noir de l’histoire du Liverpool F.C., Howard n’a jamais tourné le dos à ses origines, au point de se solidariser des révoltes sociales qui émaillèrent le règne de Thatcher, notamment des émeutes de Toxteth, qui furent beaucoup plus que de simples émeutes “raciales” comme se plurent à les décrire la presse et les politologues. Hors d’Angleterre Toxteth acquit d’ailleurs sa renommée grâce à ces émeutes de juillet 1981, réputées encore aujourd’hui comme les plus violentes et celles ayant provoqué le plus de dégats dans ces années de folle résistance à la violence de la restructuration libérale. Cette réputation entourant Toxteth est telle qu’aujourd’hui une fâcheuse habitude tend à ne plus l’appeler que Liverpool 8, histoire d’effacer cette image et son passé de révoltes avec. Un mois après que Phil Thompson et ses camarades soulevèrent la Coupe aux grandes oreilles, des milliers de gens parmi leurs supporters participèrent à ce soulèvement social d’ampleur, et prirent pour cible les flics. A partir d’extraits du bouquin Red Machine de Simon Hughes, Howard Gayle évoque le contexte des émeutes de Toxteth.

toxtethriotsToxteth Riots. Après les fastes de la victoire en Coupe d’Europe, Howard Gayle attendait avec impatience les vacances estivales. Mais ses plans allaient être quelque peu être chamboulés par une des révoltes sociales les plus violentes de l’ère Thatcher : en neuf jours plus de 500 personnes furent arrêtées, 100 policiers blessés et 150 bâtiments incendiés. Une révolte provoquée par la violente interpellation d’un jeune homme du quartier, Leeroy Cooper, dit Lee. L’ironie veut que Gayle partit en vacances le jour où les émeutes se déclenchèrent, le 3 juillet 1981. « Sammy Lee avait programmé un voyage au Portugal avec sa petite-amie, et il allait aussi emmener David Fairclough et sa nana. Mais finalement David eut un empêchement, alors je suis allé à sa place. » Quand les émeutes éclatèrent Gayle était dans l’avion quelque part au-dessus de la France en compagnie de Sammy Lee. Un grand nombre de ses amis ont assisté et aussi participé au démarrage des hostilités. Il connaît aussi Lee Cooper. « La veille, durant l’après-midi, le gars qui s’était fait arrêté, Lee Cooper, allait et venait en moto sur Granby Four Street. J’étais passé voir mon frère à Beaconsfield Street avant de partir […]. » Le dimanche matin au réveil, Sammy accourut avec la presse, lui montrant les photos de Toxteth et ses bâtiments en flamme. Les flics avaient fini par éjecter Lee de sa bécane et les gens s’était soulevés en réaction. toxteth-riots-460-493849309Howard acheta tous les journaux qu’il trouva. « Je ne pouvais y croire parce que j’étais en train de raconter à Sammy dans l’avion ce qui s’était passé à Toxteth la veille. Les gens étaient juste à bout ; c’était une poudrière sur le point d’exploser. On les appelle les Emeutes de Toxteth, mais les gens vinrent de toute la ville – de Bootle, Speke, Kirkby, de partout. Il y avait des gens qui prenaient le bus là-bas pour venir participer au soulèvement social, car un grand nombre n’en pouvait plus de l’État policier et du thatcherisme. » La vieille loi dite “SUS”, pour “suspect”, autrement appelée « Search and Stop » donnait carte blanche à la police dans sa sale besogne quotidienne. Cette loi dont le prolétariat noir était une des cibles principales, sévissait dans les quartiers ouvriers et provoquait de plus en plus de tensions parmi la population. Si Howard avait été sur place plutôt qu’en vacances que les émeutes éclatèrent, quelle attitude aurait-il adopté ? « Ça a touché tout le monde dans ma famille. C’était une telle expression massive de ce que pensait le peuple du pays et de sa gouvernance. Venant des quartiers et vu mes antécédents, je crois bien que j’aurais fini par me battre aussi. » Les années Thatcher furent celles de l’affirmation du monopole de la violence légitime par l’État et de l’écrasement de toutes les résistances ouvrières mais aussi nord-irlandaises. Et l’horrible “Maggie” n’allait pas tarder à vouloir couper la tête des hooligans. En réaction, les moments de révoltes et les grèves étaient violents et duraient. « Deux semaines plus tard, à mon retour, ça continuait encore. C’était comme une cérémonie. La police fit venir des officiers depuis le Pays de Galles et le Yorkshire – des gars qui revenaient des grèves de mineurs. On m’a raconté que les flics avaient pris une véritable raclée le premier soir et qu’il avaient sous-estimé la férocité de la réaction des habitants du quartier. L’armée était prête à intervenir et Thatcher aurait dit que si les émeutes atteignaient dans le centre ville [distant de moins de deux kilomètres], elle serait appelée en renfort. Si cela avait eu lieu, je suis sûr que plus de gens auraient été tués. »

job-march-bannerChômage de masse. Après avoir signé un meilleur contrat, Howard acheta un appartement dans le quartier de Mosley Hill. En dépit du fait d’être installé et stabilisé, son emménagement au sud-est de Liverpool à quelques kilomètres de Toxteth déplut à Bob Paisley qui voulait que tous ses joueurs vivent en banlieue, où c’était plus calme. Les a priori du coach sur Toxteth ne firent ni chaud ni froid à Howard. Pour autant Toxteth n’a pas toujours eu une réputation aussi sulfureuse. Jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, c’était même un quartier riche. Puis au début des années 50, les bourgeois déménagèrent quand le quartier du port, réduit en miette par l’aviation nazie, fut reconstruit. Alors progressivement les grandes demeures de Toxteth furent divisées en plusieurs appartements, et conjointement à la construction de maisons mitoyennes si caractéristiques, le quartier prit alors son identité working class actuelle. Quand le chômage explosa dans les années 70, Toxteth fut particulièrement touché. Il n’y avait plus de travail, même pour les emplois occasionnels sur les docks c’était la pénurie. Les habitants constituaient une communauté très soudée et avaient développé des liens de solidarité. Présentée comme des émeutes « raciales », les émeutes Toxteth virent pourtant un grand nombre de jeunes prolétaires, quelque soit la couleur de leur peau, se solidariser dans la révolte. La question sociale était prégnante. En 1981, 40 % de la population du quartier était au chômage. Cette année-là fut organisée la Marche pour l’Emploi partie le 1er Mai de Liverpool en direction de Londres. Elle avait rassemblé plus de 500 chômeurs dont certains, supporters des Reds, poussèrent jusqu’à la Manche et gagnèrent Paris le 27 mai pour assister à la finale contre le Real Madrid. Lors des émeutes de juillet, l’hôtel particulier du Racquet Club de Liverpool, où la haute société locale se réunissait, partit en fumée, après que les toiles de valeur aient été dérobées.

lodge-lane-the-morning-afterLe mauvais goût du retour à la normale. Une fois le feu des émeutes éteint, Michael Heseltine, alors Secrétaire d’État à l’Environnement, fut envoyé par Thatcher à Liverpool, pour faire son numéro de politicien auprès des habitants des quartiers pauvres, à grand renfort de projets raccoleurs. « Heseltine n’a rien changé » assène Howard Gayle. Comme réponse à l’insurrection il a mis sur pied le Garden Festival qui a nécessité de coûteux aménagements urbains 12,5 millions de Livres Sterling, alors que les gens lui opposaient le slogan « on veut des jobs, pas des arbres ». Et Gayle de continuer : « Une des causes principales des émeutes était le manque de travail. Ce Garden Centre [situé dans la banlieue d’Otterspool] n’était pas dans notre quartier et n’employa personne au chômage du quartier ». Toutefois, face à cette réalité du chômage et l’impasse de la recherche d’emploi, les habitants de Toxteth étaient loin d’être naïfs. « Une communauté de travailleurs de Liverpool a affirmé, dans un entretien avec des journalistes, qu’après quelques semaines de recherche d’emploi beaucoup de ceux qui avaient quitté l’école étaient si dégoûtés qu’ils perdirent tout intérêt et basèrent leurs vies sur le biz avec leurs amis. » (We want to riot not to work – Les émeutes de Brixton en 1981). Howard résume ce mépris : « La seule chose pour laquelle ils étaient bons c’était jeter des miettes au sol et faire que les gens se battent les uns les autres pour ces miettes. Thatcher était une experte pour diviser une communauté. » Pour lui, il n’y a pas d’issue politicienne possible à la situation du chômage de masse dans les quartiers ouvriers. « Je me méfie vraiment de tous les politiciens. Ils sont tous plus mauvais les uns que les autres. Ils te promettent le monde et dès qu’ils parviennent au pouvoir ils ne te donnent rien. Des gens me disent, “Ah si tu ne votes pas, tu ne peux pas changer les choses”. Mais les gens, ils votent – beaucoup de gens – et ils ne changent rien. Des millions de gens ont manifesté dans les rues de Londres contre l’intervention britannique en Irak. Mais qu’avons-nous fait ? Nous sommes allés faire la guerre en Irak. Les types arrivent entrent en politique avec les meilleures intentions, mais une fois au pouvoir, celui-ci les corrompt et ils oublient le peuple au service duquel ils sont censés être. »
Quand Gayle reprit le chemin de l’entraînement vers la in du mois juillet, ses coéquipiers de l’équipe de Liverpool parlaient encore de ce qui s’était passé à Toxteth. « Les supporters de Liverpool manifestaient bruyamment leur soutien aux émeutiers aussi, car c’étaient des membres de la working class et qu’ils comprenaient ce que les gens traversaient. A l’intérieur du club, la perception des Noirs avait changé. Les types qui avant me regardaient de haut parce que j’étais noir commencèrent à comprendre qui j’étais, d’où je venais et les combats que je devais mener au quotidien. Ils prenaient conscience que je n’allait tolérer aucune connerie à ce sujet au sein du club. »

howard-gayle-2today

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s