Maintien de l’ordre dans les stades: le dernier coup de balai de la bourgeoisie du football?

Nous republions l’édito du Décrassage #0 revenant sur la répression des débordements en tribune, par la LFP et sa commission de discipline. Répression replacée dans un processus de pacification largement entamé.

« Ce douzième joueur sait bien que c’est lui qui souffle les vents de ferveur qui poussent le ballon quand celui-ci s’endort, comme les onze autres joueurs savent que jouer sans supporters, c’est comme danser sans musique. »
Eduardo Galeano, Le football, ombre et lumière

Que des gens soient scandalisés par des envahissements de terrain ou de tribune est un classique. L’omniprésence des caméras de télévision, la surmédiatisation des matchs et donc des sponsors affichés un peu partout provoque aussi cet élan d’indignation quasi général. Tous les réquisitoires de journalistes ou consultants participent de cette ambiance. Les tribunes et le chahut qu’elles provoquent n’ont pas bonne presse. C’est le moins qu’on puisse dire. A les écouter on en serait presque au stade d’un football « malade de ses supporters » comme lors des années Thatcher en Angleterre. Ils prônent la tolérance zéro. Bien sûr on entendra jamais que le désordre en tribune, à base de fumigènes, de pétards agricoles ou de banderoles hostiles à la LFP ou encore au football-marchand, c’est surtout mauvais en terme d’image. Et donc mauvais pour le business, principalement avec les diffuseurs, BeIn sports ou les autres chaînes, qui versent de colossaux droits de retransmission à la LFP. A ce prix-là, elle est sommée de faire le ménage, quand bien même il ne se passe pas grand-chose.

La question du maintien de l’ordre autour des évènements sportifs, principalement des matchs de football, n’est pas récente. Depuis la loi Alliot-Marie de décembre 1993, la répression n’a fait que se durcir, bien souvent en s’appuyant sur le contexte des lois sécuritaires touchant l’ensemble de la société, comme la LSI en 2003, la LOPSSI 2 en 2011, ou encore l’état d’urgence depuis 2015. Pour assumer cette besogne de maintien de l’ordre, le triumvirat formé par la LFP, les clubs et l’Etat, peut s’appuyer sur la fameuse Division Nationale de Lutte contre le Hooliganisme (DNLH) créée en 2009 et spécialement dédiée à cet effet. Mais aussi sur un arsenal de sanctions via la commission de discipline chargée de faire respecter l’article 357 du règlement de la LFP. Ajouté à ça, les tribunaux continuent de délivrer des interdictions de stade (IDS) et les préfets s’appuient sur le contexte de l’état d’urgence pour banaliser les interdictions de déplacements de supporters visiteurs. Le tout nous donne un quadrillage presque total des stades et de leurs abords où plus rien ne doit dépasser et encore moins déborder. La loi Larrivé de 2015 couronne ce contexte répressif en permettant aux clubs de ficher les supporters. Alors que de toute évidence l’aseptisation des tribunes est sur une route bien dégagée, pour les instances  les supporters sont encore beaucoup trop turbulents. Voilà qui justifierait la multiplication des sanctions de huis clos ou huis clos partiels. De même que les amendes pour usage de fumigènes, ces huis clos s’attaquent au portefeuille des clubs pour les inciter à durcir le ton contre les ultras. Face au manque-à-gagner, les clubs s’éxécutent.

On dit souvent que les tribunes sont des laboratoires de la répression. Face à cela, les réponses des ultras restent softs: boycott, contre-parcage ou banderoles revendicatives. Rivaux dans les tribunes mais unis face à la répression, le rapport de force ne leur est pas favorable. L’irruption des supporters stéphanois lors du match à huis clos du 23 avril dernier contre Rennes témoigne, malgré le joli coup de force et le pied de nez aux instances, d’un baroud d’honneur. Vaincus par les sanctions. S’il en ressort pour certains observateurs que le « tout-répressif » à l’oeuvre atteindrait ses limites, on a assisté pour le seul mois d’avril, au huis clos de Geoffroy-Guichard, au huis clos partiel de la Beaujoire et à la suspension conservatoire du Stade de Furiani. Les instances font-elle le pari de finir par avoir les supporters à l’usure? Ces derniers à la recherche d’une passion en voie de disparition la font revivre le temps de matchs des équipes-réserve ou de Coupe Gambardella. Les débordements dans les stades français ont des airs de dernier tour de piste. Il n’y a que les apôtres du football-marchand pour s’en réjouir.

Pour aller plus loin: *Le tifo « Fuck LFP » et la pacification des tribunes (19h17.info) *#LFP Le tifo qui fait réagir la Ligue (Ohaime-passion.com) *La loi Larrivé entérine le fichage des supporters (SoFoot.fr) *Bastia prend des mesures contre ses supporters (Lessentiel.lu) *Bastia, les premières sanctions sont tombées (Sports.fr) *Bastia 1905 annonce sa mise en sommeil (Alta-frequenza.corsica) *Les supporters ne sont-ils pas aller trop loin en pénétrant dans Geoffroy Guichard? (Peuple-Vert.fr) *Pourquoi la France n’arrive pas à gérer les supporters? (20minutes.fr) *Liga: des amendes si on voit des sièges vides à la TV (rmcsport.bfmtv.com)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s