★Décrassage Septembre 2018★

#Décrassage n°4. Si l’actu du mois de septembre tenait en trois infos, voilà ce qu’on en retiendrait. C’est le Décrassage mensuel des Cahiers d’Oncle Fredo. Un résumé partiel et partial de l’actualité du mois passé. Au menu de celui-ci:

★ Des squatteurs évangélistes ★ Un réglement de compte de plus ★ Un derby qui tient ses promesses

 

★ Pérou. Les supporters de l’Alianza Lima mettent en déroute les évangelistes

Le 10 septembre, quelques 300 fidèles appartenant à la secte évangéliste de l’Aposento Alto s’installent sur une esplanade au pied du stade de l’Alianza Lima. Plusieurs dizaines de supporters de la barra « Comando Sur », viennent logiquement pour chasser ces illuminés de leur stade. S’en suit une belle bagarre à coups de poings, de pierre et de bâtons qui sera dispersée par la police. Menés par le pasteur Santana, qui sera d’ailleurs une semaine plus tard pris dans un scandale de harcèlement sexuel, affirmant s’approprier le site du stade par « la volonté de Dieu ». Le leader de l’église est un connu pour ses positions homophobes et misogynes, et comme un proche allié de Keiko Fujimori, fille de l’ex-président Alberto Fujimori, en prison pour crime contre l’humanité pour avoir envoyer ses escadrons de la mort faire la peau aux étudiants de Huancayo ou à des membres supposés de la guerilla maoïste.

Cette baston résulte d’une polémique sur la propriété du terrain de l’Estadio Alejandro Vilanueva, communément appelé « Matute » du nom du quartier où il se situe. L’Alianza Lima occupe ce stade depuis 44 ans, mais les évangélistes prétendent qu’il leur appartient. Ils ambitionnent d’y établir l’église Aposento Alto. Eux, aurait acquis les terrains adjacents au stade pour environ 600 000 dollars en juin 2016. Une transaction étrange entre l’église évangéliste et un supposé propriétaire, le sieur Saquicuray Perez, âgé de 91 ans effectuée sans prendre en compte un décret de juin 1972 accordant la propriété du terrain de 39 475 m² à l’Alianza Lima… Pour le moment, Dieu n’a pas encore réussi à reprendre le stade au club historique des couches populaire de la capitale péruvienne.

*Une secta ocupa el estadio de Alianza Lima (Marca.com)

★ Mort de William Gomis

Triste fait divers qui vit William Gomis, ex-joueur de la réserve de Saint-Etienne, mourir dans la nuit du 9 au 10 septembre à la Seyne sur mer, à l’âge de 19 ans. William Gomis qui venait à peine de retourner dans son quartier après n’avoir pas signé pro chez les Verts, y avait évolué en U19 et N3. Il a été abattu dans une fusillade aux abords de la cité Berthe. 24 douilles de kalashnikov ont été retrouvées, ce qui fait dire aux médias qu’il s’agit d’un réglement de compte. Un jeune adolescent de 14 ans a aussi perdu la vie lors de cette fusillade. Le frère de William avait déjà été tué il y a quelques années dans des conditions similaires. En hommage, les Verts ont joué avec un maillot floqué au nom du jeune footballeur lors de leur match contre le PSG le 14 septembre. Lors des funérailles qui ont eu lieu le 29 septembre à la paroisse Saint-Jean, situé dans la cité Berthe, plusieurs dizaines de personnes venues lui rendre un dernier hommage.

*Qui était William Gomis (LCI.fr) *Un maillot en hommage à William Gomis (Lequipe.fr)

★ MHSC – NO : derby lacrymogène

Dimanche 30 septembre, Montpellier et Nîmes se retrouvaient après plus de 25 ans pour un derby du Languedoc qui promettait de faire monter la température. Conformément à la notion de « derby », une réelle rivalité existe entre les deux clubs. Rivalité incarnée par leurs supporters ultras respectifs. Que ce soit les Gladiators nîmois ou La Butte Paillade (BP 91) montpelliéraine sont deux groupes plutôt ancrés à gauche et antiracistes, ce qui ne les empêchent pas de se détester. L’avant-match a d’ailleurs été émaillé par le caillassage d’un bus de supporters nîmois ponctué par de premiers gaz lacrymogènes de la police mobilisée en nombre par la préfecture qui avait coché ce derby comme un « match à risque ». Le derby est le moment où il s’agit de démontrer sa suprématie en tribunes et en dehors. Surtout qu’on peut dire qu’il avait été « préparé » avec le vol au mois de mai dernier de la bache historique de la BP 91, qui s’est fait ouvrir son local à coups de disqueuse en pleine nuit. Les ultras nîmois ont de suite été fortement suspectés d’avoir commis ce larcin. La BP 91 se doutait bien que l’idée était de la ressortir pendant le match comme ultime provocation. Ce fut fait à la 80e minute du match à 3-0 pour les Pailladins. Dans le parcage nîmois, les ultras en sortirent un morceaux, en l’occurence la tête de diable qui trônait au milieu de la bache de 30 mètres. Ce qui provoqua un mouvement dans le virage montpelliérain, réprimé une nouvelle fois par les lacrymos des CRS, épaulés par les SIR, Sections d’Intervention Rapide, et leur survêtement bleu. Après une demi-heure d’interruption le match a repris. La commission de discipline de la LFP, réunie en urgence, a fermé provisoirement le parcage visiteur des supporters du MHSC en déplacement, ainsi que les deux tribunes où sont localisés les principaux groupes de supporters à domicile.

*Rémi, un supporter du MHSC, raconte les incidents de la Mosson lors du derby (FranceFootball.fr) *Montpellier-Nîmes: victoire du MHSC sur fond de répression (LePoing.net)

***************************

Image de une reprise sur le compte facebook de Gilbert Cram

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s